Comment are off

11CM1 – Développement durable et économie circulaire

Dans le cadre de notre cours d’Économie d‘Entreprise, nous, les élèves de la classe 11CM1, avons réalisé au dernier trimestre un projet très intéressant sur le développement durable et l’économie circulaire. Nous avions eu maintes activités :

Le vendredi 5 mai 2017, M. Schosseler, associé de la +ImpaKT Luxembourg S.à.r.l., qui est une entreprise de consulting dans le domaine de l’économie circulaire (EC), est venu nous faire une présentation sur l’économie circulaire.

Actuellement, nous réalisons un projet dans le cadre de notre cours d’économie d’entreprise sur l’économie circulaire. Pour ce projet nous devons créer notre propre produit/service s’inscrivant dans l’idée de l’EC.

M. Schosseler nous a donné une bonne vue d’ensemble de ce que c’est l’EC. Il nous a présenté ce que c’est l’économie linéaire, l’économie circulaire, le recyclage et le recyclage biologique.

On a vu également ce dont une entreprise a besoin : Les points importants sont le design, la production, la vente, le marketing et le capital. Après avoir parlé sur ces aspects de l’entreprise, on est passé à l’économie linéaire. Économie linéaire signifie simplement « Take, make, use and waste ». M. Schosseler nous a expliqué que pour l’économie linéaire, on a besoin de ressources naturelles, que la production est un poste dans lequel on investit beaucoup, mais l’utilisation des biens par les consommateurs est très brève. Pour l’EC, il importe de prolonger au maximum la phase du « use ». Il nous a aussi parlé du recyclage, du recyclage biologique et du recyclage technique.

À la fin, nous sommes réunies dans nos groupes et nous avons parlé sur notre produit. M. Schosseler nous a donné quelques idées, des suggestions et informations intéressantes, afin qu’on puisse mieux réaliser notre projet.

Cette présentation et le travail concret, ensemble avec M. Schosseler, nous a fait mieux comprendre les enjeux en relation avec l’EC.

Pour nos propres projets, notre classe était divisée en deux groupes.

Le premier groupe (Da Costa Steven, Herman Sébastien, Hozay Lynn, Kalabic Almedin, Musli Eldion, Pommerell Yannick et Weis Marc) : FutureFridge

Ils ont réalisé un réfrigérateur qui s’inscrit dans l’économie circulaire, grâce à divers atouts :

Le réfrigérateur, par son système modulaire du réfrigérateur, il est facilement modifiable, si les besoins d’un ménage change. En plus, il est facile à entretenir et à changer des pièces défectueuses, par sa structure simple et un accès simple à la motorisation accessible.

En plus, Le réfrigérateur sert à éviter le gaspillage des produits d’alimentation. Il possède un senseur/scanner qui permet d’enregistrer le barre code des aliments et leur date de péremption dans une application. Ceci permet d’avoir une liste claire des aliments et d’éviter de dépasser les dates d’échéance. De plus l’application envoie une liste d’achats sur le GSM. Ainsi le client sait toujours qu’est-ce qu’il manque dans son réfrigérateur.

Le deuxième groupe (Bichler Melissa, Goncalves Inès, Morais Anaïs, Maas Céline, Pinho Telma, Schmidt Carole et Van Dijk Patricia) a réalisé des produits de maquillage en fait tout ce qui est cosmétiques : Neverland

 

Les maquillages, crèmes et shampooings sont des produits à base d’huiles spéciales et d’ingrédients naturels et ils ne sont pas testés aux animaux.

Le but c’est que le client peut commander un set sur Internet ou bien dans le magasin de « Nerverland ». Les produits peuvent être mélangés par le client-même à la maison ou bien s’il préfère il peut commander/acheter les produits finis.

Les produits sont vendus dans des flacons en verre réutilisables et les ingrédients en sachets papier recyclables.

Dans le cadre de notre projet « Développement durable et Économie circulaire » nous avons eu l’occasion de visiter deux entreprises qui sont à la pointe dans le domaine de l’économie circulaire, le vendredi 2 juin 2017, à savoir l’entreprise Tarkett et l’entreprise Hydroaluminium dans la zone industrielle de Lentzweiler à Clervaux.

L’entreprise Tarkett offre l’une des plus larges gammes de solutions de revêtement de sol.

Elle a comme vision de devenir le leader mondial en solutions innovantes de revêtements de sol et surfaces sportives et elle nous a donc montré comment elle essaye à atteindre sa vision.

Monsieur Wagner et un autre employé de Tarkett nous ont accueilli dans l’entreprise et nous présenté les activités de l’entreprise et ils nous ont accompagné lors de la visite guidée. Ils nous ont révélé une de leurs priorités : la sécurité au travail. Donc, après avoir eu des chaussures et un gilet de protection, la visite guidée a commencé.

D’abord, ils nous ont fièrement confirmé qu’ils n’ont pas eu d’accident depuis 765 jours et ils nous ont montré le tunnel spécialement construit pour ne pas devoir traverser le milieu des chemins pour les chariots élévateurs et donc pour éviter les accidents.

A la sortie du tunnel, nous avons découvert une entreprise très bien gérée. Il y avait des chemins et des passages piétions spécialement créés pour la sécurité des salariés.

En explorant l’entreprise, Monsieur Wagner nous a raconté qu’ils tiennent à développer une économie circulaire, donc produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Donc pour soutenir cette idée, ils réutilisent leurs propres produits. 87% des matériaux réutilisés sont issus des sites de production de Tarkett, des chutes de pose sur les chantiers ou d’autres fabricants et leurs proviennent d’un rayon de moins de 115 km.

A Clervaux, ces matériaux sont d’abord contrôlés visuellement. Ensuite, ils sont envoyés aux tests dans le laboratoire R&D à Wiltz. Enfin, d’après les statistiques 98% sont granulés dans le Centre de Recyclage et les autres 2% sont renvoyés vers des centres de traitement des déchets.

Avec leur programme ReStart, ils essaient d’intégrer et soutiennent leurs clients et partenaires dans la valorisation des déchets. Chez Tarkett, dans chaque compartiment de l’entreprise dispose de bacs de recyclage.

Leur propre programme, correspond à l’économie circulaire et consiste en un cycle fermé :

1. Collecter

2. Trier

3. Recycler

4. Valoriser

Pour en conclure, la visite guidée, s’appelant la GreenTour, était très bien organisée et nous avons pu nous apercevoir des aspects positifs par rapport à l’économie circulaire et le respect de l’environnement de l’entreprise Tarkett.

L’entreprise Hydroaluminium est spécialisée dans le recyclage d’Aluminium.

Lors de la visite, le responsable de Hydroaluminium nous a accueilli chaleureusement et, après nous avoir données des informations sur l’entreprise, nous avons fait le tour de l’enceinte.

Avant de commencer la visite nous avons reçu des vêtements de protection pour nous protéger des étincelles chaudes : une veste, un casque, des lunettes de protection et des bouchons d’oreilles.

L’entreprise dispose d’un trajet sécurisé peint en « vert » qui traverse toute l’enceinte et qui est nettoyé spécialement pour les visiteurs de l’entreprise. Aussi les travailleurs de l’entreprise utilisent ce chemin vert quand ils ne sont pas en train de travailler sur une machine.

Le concept de l’entreprise est l’économie circulaire. L’entreprise utilise des morceaux de voitures et d’anciennes fenêtres en aluminium comme matières premières. Toutes ces pièces sont fondues dans un four de fusion qui s’échauffe à 700 °C. Il y a un bras machinal de longueur de 12 m qui descend dans le feu pour transporter l’aluminium dans une autre machine.

Le liquide est lavé dans des pots pour avoir un pourcentage de 99,9 % d’aluminium à la fin, mais il ne faut jamais mélanger l’aluminium avec l’eau, autrement il y aurait une explosion.

Ils stockent 4-6 billettes qui ont une longueur de 6-7 mètres l’une sur l’autre. Une barre de 7 mètres coûte environ 1.000 €. Par jour, 20 camions entrent et 20 camions ressortent de l’usine.

Leurs clients, des fabricants de fenêtres en aluminium, leurs revoient leurs déchets et résidus d’aluminium de leur propre production. Ainsi, se ferme le cercle d’utilisation « à l’infinie » de l’aluminium et protège ainsi, notre environnement et nos ressources naturelles.

En général, ce projet nous a aidé à mieux comprendre les défis de notre planète et qu’il est important de conserver nos ressources. Nous remercions vivement notre enseignante, Madame Diane Braas, qui nous a donné la possibilité de découvrir les astuces du développement durable et de nous convier à créer notre propre produit.

11CM1 (2016/2017)

À propos de l'auteur
%d blogueurs aiment cette page :